• La mangrove antillaise

     

                           

    Je vous présente "la mangrove martiniquaise".

    Mais tout d'abord,qu'est-ce qu'une mangrove ? 

     

    La mangrove est une forêt littorale, interface entre la mer et le domaine terrestre. Les espèces qui s'y développent doivent tolérer un milieu salé et pauve en dioxygène.

                L'activité chlorophyllienne permet une fixation importante de carbone      inorganique.La mangrove abrite de nombreuses espèces. Elle joue un rôle de filtration en retenant les sédiments qui seraient préjudiciables au développement des herbiers et surtout des formations coralliennes situées plus au large.

    Les activités humaines menacent aujourd'hui cet espace boisé.

    La mangrove abrite une faune et une flore très variées. L'entrelacs des racines-échasses constitue un support pour de nombreuses espèces fixées.

    Les espèces végétales et leur répartition

     La mangrove est une forêt littorale exclusivement intertropicale (sous des températues supérieures à 18°C).Ce type de forêt en partie inondée se développe sur un sol vaseux.Cette forêt est caratérisée par une un nombre peu important d'espèces ( 5 environ) . Il s'agit d'espèces ayant développé des caractères anatomiques et physiologiques liés à ces contraintes.

    Les espèces végétales qui constituent ce milieu présentent une zonation fonction de leur tolérance vis à vis du milieu salé et de la pauvreté en dioxygène. A partir de la mer, on distingue : 

        *   Le palétuvier rouge (rhizophora mangle) pousse dans la zone inondée,en milieu marin,ou à l'embouchure des rivières.Cette espèce possède des racines-échasses,en partie aériennes.La germination particulière des fruits permet une colonisation vers le domaine maritime.

       *   Le palétuvier ou mangle noir (avicennia germinans) occupe des milieux partiellement inondés.Il possède des pneumatophores.

         *    Le palétuvier ou mangle blanc (laguncularia racemosa) se trouve dans la zone la plus en arrière.Il pousse dans la vase,sur un sol partiellement inondé.Si les racines sont souterraines,il se caractérise par la présence d'un important développement de pneumatophores.

         Ce peuplement se retrouve principalement dans les mangroves sur sédiments riches en argile et tourbe.C'est la cas de la baie de Génipa.

     

    L'évolution de la végétation de mangrove

                                     Localisée essentiellement dans les zones littorales, la mangrove subit très fortement la pression humaine. Considérée comme malsaine, elle fut dégradée au profit de l'urbanisme, les installations touristiques (installation portuaire) sous le couvert d'assainissemement. Ce milieu côtier original est aujoud'hui menacé. Son rôle mieux compris, de nombreux organismes aujoud'hui tentent de le protéger. 

                   Une vie sous-marine extrêmement active se déroule sur et entre les racines-échasses des Rhizophora mangle. Ces racines sont immergées en quasi permanence. La marée basse permet d'observer une partie de la vie fixée. Le milieu est le plus souvent chargé de sédiments en suspension qui ne facilitent pas toujours l'observation.

                    Néanmoins, certaines formations, installées sur des sédiments plus grossiers par endroits, permettent une bonne observation de la vie sous-marine.

    Sur le bord externe de forêt, le réseau moins dense des racines permet le passage d'un peu plus de lumière. On y rencontre fixées, des algues vertes ou brunes comme sur la photo ci-contre.Les éponges  abondent.

    La vie dans la mangrove

               Dans cet écosystème,sont surtout représentés les crustacés et les insectes.Entre la surface de l'eau et les branches de mangles rouges,circulent de petits crabes des palétuviers.

    Plus en arrière dans la zone qui n'est inondée qu'épisodiquement,la vase est creusée de trous.Une variété de crabes y réside,ce sont les mantous ( gros crabes velus ).                       .

                  Dans la partie la plus sèche de la mangrove,ou les zones les plus dénudées,le sol est percé de petits trous,peuplés par des crabes appelés "cé ma faute" ou crabes violonistes.Chez le mâle,les pinces sont dissymétriques,alors que chez la femelle,les pinces ont sensiblement la même taille.Ce crabe vit le plus souvent hors de l'eau

     

     

                                   

       

                  

        Les plus communs sont les hérons garde-bœufs, Bulbucus ibis. Le soir, ils sont nombreux à s'installer sur les Rhizophora mangle pour y passer la nuit.

     

           

     

                            

    C'est au niveau des palétuviers ou mangle noir, que vit le Kaïali (Butorides virescens). C'est le petit héron le plus typique de la mangrove. Son cri est caractéristique et donne l'alerte dès qu'on s'y approche. Cet oiseau de l'ordre des Ciconiiformes, construit son nid de branchettes dans les mangles. Il capture petits poissons, batraciens, crabes, insectes.

    La mangrove regroupe plus de 80 espèces d'oiseaux.

     

                             La mangrove en plus de son intérêt biologique,joue un rôle de protection des côtes contre l'érosion. Les racines échasses, le réseau dense de racines et pneumatophores retiennent les sédiments et les stabilisent. Cette filtration des sédiments limite leur transport et leurs dépôts sur les herbiers et plus au large sur les récifs coralliens. Ces derniers ont besoin d'une eau claire, pauvre en matière en suspension, pour se développer.Ainsi, en stabilisant les sédiments, la mangrove limite les apports de particules et leur sédimentation sur les zones coralliennes. 

     


  • Commentaires

    1
    Mardi 28 Septembre 2010 à 21:46
    Très instructif. Moi j'ai découvert la mangrove en 1999, sur lîle voisine de Sainte-Lucie. Ce milieu est fascinant. Il faut le préserver, tout comme les herbus de métropole.
    Amical salut de la Normandie, du Perche, dans le département de l'Orne.
    Doudoudelestran, un p'tit facteur de campagne...
    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter