• Le passage de l'ouragan OMAR sur la Martinique

     

     

     

     

                                                L'ouragan OMAR, de passage sur les Antilles, a causé de nombreux dommages.La forte houle générée par l'Ouragan a provoqué jeudi, de nombreux dégâts sur le littoral caraïbe de la Martinique,entraînant des perturbations sur le réseau routier en particulier.

                               Omar a plongé les Caraïbes, notamment les Iles Vierges et Porto Rico, sous de fortes pluies et des vents violents jeudi après s'être renforcé en cyclone de catégorie 3 sur une échelle de 5, a annoncé le Centre américain des ouragans (NHC).

                               Selon un point établi en fin de journée par la cellule de crise de la préfecture de Fort-de-France, la houle cyclonique a provoqué des dommages sur des ouvrages portuaires dans les communes de Schoelcher et de Saint Pierre.

     

     

                               L'ensemble des équipements placés en bordure de mer a été très sérieusement endommagé. Plusieurs équipements touristiques à Case-Pilote, au Carbet et à Saint Pierre ont été détruits.

                              Aux Trois-Ilets, commune connue pour son infrastructure touristique, le ponton de l'hôtel "Le bakoua" a été emporté par la houle et certaines chambres placées à même la plage ont été inondées par l'eau de mer.

                              Plusieurs restaurants et habitations situés en bordure de mer ont également été inondés.

                              En plusieurs points de la côte caraïbe, la circulation routière a été rendue impossible et des déviations ont dû être mises en place.

                               Jeudi en début de soirée, la préfecture annonçait le chiffre de 800 abonnés privés de courantée. Par ailleurs, le quartier de l'Anse Bellune, au Prêcheur (nord-est de l'île) était encore isolé jeudi soir.

                               Le rectorat de la Martinique a dû fermer plusieurs écoles à la suite d'inondations.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter